Je suis de ceux qui pensent qu’il ne sert à rien de voter. Le Système est entièrement verrouillé, il est évident qu’une révolution ne passera pas par les urnes.  Il suffit de voir le mal fou que se donnent les « petits partis » à tenter de démontrer qu’ils ne sont pas dangereux, qu’ils sont beaucoup plus démocrates que les démocrates au pouvoir.  Pourquoi voterions-nous pour un parti inoffensif ? 

A  l’heure où j’écris ces lignes, François  Hollande est occupé de se faire huer sur les Champs-Elysées, il ne peut plus se déplacer dans son propre pays sans se faire conspuer, la résistance s’organise, les bonnets rouges ne comptent rien lâcher, le peuple gronde. Pendant ce temps là, les journalistes qualifient les manifestants d’extrême droite : le mot magique.

Et chez nous? Rien. Tout va bien.  Comme d’habitude, le belge reste calme, ne râle pas, subit, ironise sur internet, fait de la fausse subversion, insulte les musulmans sur le site de la DH. Enfin non, j’exagère ! Le belge râle ! Contre Bart De Wever, la soit-disant menace, le soit-disant nationaliste qui souhaite faire éclater un pays qui n’a de toute façon plus de monnaie, plus de frontières et qui n’aura bientôt plus d’armée. De Wever ne va pas tuer la Belgique, l’Union Européenne s’en est déjà chargé. De Wever n’a d’ailleurs rien contre cette Union Européenne qui vole chaque jour un peu plus la souveraineté des nations, sans la moindre légitimité.

Quand allons-nous arrêter d’être satisfaits de vivre dans la merde ? Allons-nous suivre les révolutions qui commencent à germer un peu partout en Europe ? Je n’ai pas les réponses, mais je sais qu’il y a de l’espoir.  J’ai par exemple de l’espoir quand j’écoute les interventions de Laurent Louis au parlement belge. Ce député, élu un peu par hasard lorsqu’il était au Parti Populaire, le LIKOUD  belge.  Laurent Louis a fait beaucoup de chemin depuis, il est désormais le seul homme politique de notre pays sur une ligne authentiquement anti-impérialiste et anti-capitaliste.  Le PTB et les syndicats peuvent clairement aller se rhabiller et gratter les miettes, Laurent Louis les a dépassés par la gauche. Et puis entre nous, quel bonheur de voir l’ensemble de la classe politico-médiatique lui cracher à la gueule, c’est bon signe, il doit être dans le bon ! Quel bonheur de voir tous ces « faiseurs d’opinion », ces Michel Henrion, Marcel Sel et autres chiens de garde avoir des boutons à la moindre évocation du nom de Laurent Louis. Ce mec dérange et j’aime ça, c’est mon côté punk.

Il faut dire que Laurent Louis en a dans le pantalon, il a balancé en quelques années ce que d’autres prétendus rebelles n’oseront jamais balancer en une vie : réseaux pédophiles, UE, finance, Syrie, et j’en passe. Tous ces faits d’armes lui ont d’ailleurs valut une « quenelle d’or », des mains de Dieudonné. Autant dire qu’au dessus c’est l’soleil.

Alors oui, je maintiens, voter ne sert à rien. Sauf si cela peut permettre à un Laurent Louis d’avoir une tribune et de continuer à leur mettre le nez dedans. En attendant le grand soir… qui ne viendra probablement jamais, mais on aura au moins sauvé l’honneur.

 

Rejoignez-nous sur facebook: https://www.facebook.com/contagion.canalblog

 

Quenelles_2013