Depuis quelques jours, de nombreux commentateurs et politiciens de la prétendue opposition, affirment que le gouvernement a vendu 25 % des parts qu’il détenait dans l’ex-Fortis, afin de ramener la dette sous la barre symbolique des 100% du PIB. Pas cons les mecs! Juste avant les élections! Il suffisait d'y penser! L'électeur lambda n'y verra que du feu! Le socialiste Di Rupo pourra fièrement nous expliquer que nous sommes de bons élèves de l'U.E., et que nous sommes bien vu par standard and poor's et le F.M.I. (comme si le Belge moyen en avait quelque chose à foutre). Et après tout, comme disait l'ex bourgmestre-député-sénateur-ministre Guy Mathot: "La dette publique, on ne sait pas comment elle est arrivée, mais elle disparaîtra d'elle-même".

Certains spécialistes diront que la dette publique belge n'est pas à 100%, mais qu'elle est en réalité à 650% du PIB (si l'on projette la dette à terme, et que l'on considère que l'état ne prendre aucune mesure d'austérité (sic)). Mais quelle importance? 99%, 600%? Cette dette n’a de toute façon pas vocation à être totalement remboursée. Cette dette illégitime est là et restera, elle est là pour nous soumettre et pour nous rappeler que les nations ne sont pas souveraines.

"Il y a deux manières de conquérir et d'asservir une nation; l'une par les armes; et l'autre par la dette", John Adams, Père fondateur des Etats-Unis.

Rejoignez-nous sur facebook: https://www.facebook.com/contagion.canalblog

elio-di-rupo-facelift

Sur le sujet:

http://www.alterinfo.net/Dette-publique-et-dette-illegitime-Et-si-on-refusait-de-payer_a65291.html

http://www.pressenza.com/fr/2013/02/quelques-pistes-juridiques-pour-qualifier-une-dette-publique-d-illegitime/